20/1/2017
Communication par les Ministres bruxellois de l’Aide aux personnes Pascal Smet et Céline Fremault du projet de nouvelle ordonnance « relative à l’urgence et à l’insertion sociale des personnes sans-abri » approuvé par le Collège réuni. Ce projet d’ordonnance suscite beaucoup de réactions, notamment du secteur bruxellois de lutte contre le sans-abrisme qui, via ses fédérations notamment, émet des critiques et des amendements, dont il sera partiellement tenu compte.

31/5
Suite aux questions parlementaires posées par Alain Maron sur les rémunérations des administrateurs du Samusocial, débute la « crise du Samusocial ».

17/6
Publication des résultats du dénombrement par La Strada, qui conclut à un quasi doublement du nombre de personnes sans abri et mal logées à Bruxelles entre 2008 et 2016.

28/6
Think Tank #22 de l’ASBL DoucheFLUX, exceptionnellement co-organisé avec les fédérations AMA, BICO et ROTB, sur le thème : « De quelle chance la crise du Samusocial est-elle le nom ? ». Lire l’invitation, à laquelle plus de 50 personnes issues de 29 organisations du secteur de la lutte contre la grande pauvreté et le sans-abrisme ont répondu.

30/6
Lancement de l’« appel du 30 juin », fruit du Think Tank du 28 juin. Un texte en forme d’appel à signatures et à mobilisation (initialement prévue le 4 septembre).

27/7
En plein été, le Conseil consultatif de la COCOM (section Aide aux personnes) reçoit une convocation en vue d’une réunion le 21 août au cours de laquelle il lui est demandé d’émettre un avis sur le projet d’ordonnance approuvé en deuxième lecture par le Collège réuni.

21/8
Tenant compte de la période estivale et donc de l’impossibilité de mobiliser efficacement les membres du Conseil consultatif et tenant compte du grand nombre de questions adressées aux représentants des Ministres Pascal Smet et Céline Fremault lors de la réunion du 21 août, il est décidé de ne pas rendre d’avis sur le texte. Ce refus facilite la fixation d’une nouvelle réunion avec les représentants des Ministres, le 19 septembre. L’avis ne sera attendu qu’après cette date.

1/9
Lancement du site www.droitauntoit-rechtopeendak.brussels.

11/9
Quatrième et dernière réunion de préparation (après les 26 juillet, 2 et 18 août) rassemblant chez DoucheFLUX une vingtaine de participants d’organisations souvent différentes du secteur bruxellois de lutte contre le sans-abrisme, afin de

  1. finaliser le texte du plaidoyer en forme d’appel à signatures,
  2. coordonner la campagne de presse ainsi que la mobilisation par les organisations signataires de leurs contacts,
  3. arrêter les détails de la manifestation régionale, reportée au 18 septembre pour coïncider avec la rentrée du Parlement bruxellois et baptisée « marche rouge (de colère) » pour donner le ton du mouvement.

18/9
« Droit à un toit ou droit dans le mur ? » : des Bruxellois − incluant tous les opérateurs concernés par la problématique, sans oublier les bénéficiaires, les politiques, les académiques, la société civile et les secteurs limitrophes (prévention / logement) − adressent la question aux parlementaires en prenant part à une « marche rouge (de colère) ».

19/9
Réunion du Conseil consultatif de l’Aide aux personnes pour poursuivre la discussion sur le projet d’ordonnance.

3/10

Poursuite des travaux du Conseil consultatif de l’Aide aux personnes.

Assemblée générale de l’ASBL Samusocial.  Les anciens administrateurs démissionnent et de nouveaux, issus de la société civile, sont élus.

4/10

Première réunion « post-manifestation du 18/09 ».  Différents acteurs ayant participé à la manifestation du 18/09 se réunissent pour évaluer l’impact de la manifestation et proposer des actions pour le futur.

11/10

Seconde réunion « post-manifestation ».  On s’organise, on prévoit de programmer plusieurs réunions, de travailler en parallèle sur la proposition d’ordonnance de l’aide d’urgence et de l’insertion sociale, mais aussi de poursuivre des actions de sensibilisation et de visibilité de la « problématique » du sans-abrisme : qui, quoi, pourquoi, comment.  Sans oublier de mettre l’accent sur la prévention.

17/10

La Ministre Céline Fremault reçoit les fédérations et quelques services du secteur de l’aide aux sans-abri.  Objectif : nous entendre sur nos revendications et nos propositions d’amendements relatifs au projet d’ordonnance.

Le même jour, qui est la journée mondiale contre l’exclusion sociale et la pauvreté, nous organisons la première action de visibilité du « mouvement Droit à un toit ou droit dans le mur », le match de l’absurde : le secteur (en T-shirts blancs) face au futur « BAIS » (en T-shirt noirs). Décodage : le BAIS (bureau d’aide et d’insertion sociale) sera chargé de coordonner, orienter, émettre des statistiques, chercher du logement, héberger en urgence… C’est beaucoup pour un seul service !

24/10

Poursuite des travaux du Conseil consultatif de l’Aide aux personnes.  Sur base de l’ensemble des informations collectées et des réponses apportées au fur et à mesure par les représentants des Ministres de tutelle, plusieurs points du projet d’ordonnance posent encore question et notamment les missions du BAIS (dont de l’opérationnalisation) et le dossier social électronique.  Après un long débat, bien que le Conseil souligne toutes les avancées que cette future ordonnance apportera, sur base des points qui sont également repris par la  Concertation bruxelloise de l’aide aux sans-abri, le Conseil décide de donner un avis négatif au projet d’ordonnance.  Cet avis est assorti d’un document qui reprend les amendements proposés par le secteur, lesquels, s’ils sont rencontrés par les Ministres, peuvent amener le Conseil consultatif à revoir son avis et à émettre un avis positif.

25/10

Les parlementaires de la Commission des Affaires sociales du Parlement bruxellois démarrent les auditions de différents acteurs qui viennent en aide aux personnes sans abri.  Ces auditions s’inscrivent dans la continuité de la Commission d’enquête parlementaire, suite à la crise politique du Samusocial.

Les parlementaires souhaitent entendre des acteurs sur leur vision du secteur sans-abri et sur l’avenir de celui-ci.

Christine Vanhessen de l’AMA, Birger Blancke de la Fédération Bico Federatie et Yahyâ Hachem Samii de La Strada présentent leurs recommandations, tenant compte du projet d’ordonnance qui est en cours, mais surtout en rappelant que la lutte contre le sans-abrisme passe aussi par des mécanismes de prévention.

Ces premières auditions seront suivies d’autres auditions au cours des prochaines semaines puisque les parlementaires souhaitent entendre plusieurs acteurs de terrain mais aussi des services proches du secteur de l’aide aux sans-abri qui ont une action envers le public (ex : le CHU Saint-Pierre, la Police, la STIB…).

6/11

Troisième réunion « post-manifestation ».  On décide de lancer une « action photos », afin d’augmenter le nombre de signature de l’appel.

8/11

Le Ministre Pascal Smet reçoit les fédérations.  Objectif : nous entendre sur nos revendications et nos propositions d’amendements relatifs au projet d’ordonnance.

A la Commission des Affaires sociales du Parlement bruxellois, audition de :

15/11

A la Commission des Affaires sociales du Parlement bruxellois, audition de :

17/11

Les Ministres de l’Aide aux personnes (Céline Fremault et Pascal Smet) et les membres du Collège réuni reçoivent les fédérations du secteur de l’aide aux sans-abri et les représentants des CPAS bruxellois.