Le bout du tunnel

Le samedi 23 juin 2018

Le 8 juin dernier, à l’aube, la police de la zone Midi évacuait le tunnel cyclable et piétonnier parallèle à la rue des Vétérinaires à Anderlecht du camp de fortune des SDF qui l’« habitaient ». Dans la foulée, des grilles étaient installées aux deux entrées du tunnel.
Plus tard, des bâches ont été apposées sur les grilles. Le 19 juin, Charles Picqué annonçait le futur relogement de certains sans-abris dans des bâtiments Infrabel, « jusqu’au moins la fin de l’hiver prochain ».

Cette légère lueur d’espoir en une approche plus intelligente de la problématique du sans-abrisme (qui prouve que nos décideurs savent que le relogement est la solution) a vite été ternie par le renforcement du dispositif anti-SDF du tunnel au moyen de plaques en bois apposées sur les grilles, les bâches ayant été vite arrachées par des quidams.

« Le bout du tunnel » est une initiative citoyenne née de cette énième mesure d’invisibilisation des pauvres prise dans notre pays. Une mesure qui, non contente de chasser les pauvres au lieu de lutter contre la pauvreté, a mis à mal des mois d’un travail difficile auprès des gens qui habitaient le tunnel, opéré en amont par des services sociaux de la commune, des asbl et des citoyens.

Notre objectif ? Mettre fin à cette politique qui consiste à cacher cette misère que nos pouvoirs publics ne sauraient voir, a fortiori en période préélectorale, et les convaincre d’entamer enfin un travail de fond, avec les acteurs du secteur, pour lutter contre la pauvreté. Cesser, enfin, cette politique désastreuse d’installation de dispositifs anti sans-abris, de plus en plus présente à Bruxelles et ailleurs.

Le sans-abrisme n’est pas une fatalité et tout le monde (politiques compris) sait que c’est la pauvreté qu’il faut combattre, pas les pauvres. De nombreuses voix, notamment réunies dans l’appel de « Droit à un toit »  – 80 associations Bruxelloises de lutte contre la pauvreté et des centaines de citoyens – s’élèvent régulièrement et depuis longtemps pour appeler le politique à faire preuve d’intelligence, de raison et de vision à long terme. Des idées, il y en a et certaines, comme le relogement, ont déjà fait leur preuve partout dans le monde, y compris chez nous. Les bonnes volontés ne manquent pas dans la société civile, qui attend vainement depuis trop longtemps que les pouvoirs publics en fassent preuve eux aussi.

Le samedi 23 juin 2018 à 13h, nous nous rassemblerons devant l’entrée Saint-Gilloise du tunnel pour exiger :

  • Que ce dispositif anti-sdf, ainsi que tous les autres, soient retirés.
  • Que les pouvoirs publics, de Saint-Gilles et d’ailleurs, entament un réel travail de lutte contre la pauvreté, en concertation avec les acteurs de terrain et les précaires eux-mêmes.
  • Que chacun cesse de renvoyer la balle aux autres niveaux de pouvoir, d’arguer que « c’est compliqué » et fasse preuve d’une réelle volonté politique de lutter contre une grande pauvreté qu’on sait parfaitement comment combattre.

Parallèlement, les associations de cyclistes ont interpellé le niveau régional pour demander la réouverture du tunnel qu’elles désignent comme un maillon fort de l’itinéraire cyclable régional 9 (ICR9).

 

Le bout du tunnel – Communiqué de presse

Le bout du tunnel – Lettre ouverte (Facebook)

Le bout du tunnel – Rassemblement (Facebook)

Le bout du tunnel – Interpellation citoyenne au conseil communal à Saint-Gilles (Facebook)